livres actu Livres Actu

Accueil > Daniel Arsand > Un certain mois d’avril à Adana

Acheter ce livre - 20.3 €


91190ème dans les ventes


Daniel Arsand

0 abonné

Daniel Arsand, né le 9 juillet 1950 à Avignon (Vaucluse), est un écrivain français en même temps qu'un éditeur spécialisé dans la littérature étrangère.

Un certain mois d’avril à Adana (2011)

De Daniel Arsand chez Flammarion
(14 votes, note moyenne : 4.3)

Un certain mois d'avril à Adana Nous sommes en avril 1909 à Adana, au sud de la Turquie. Adana, l'opulente plaine de Cilicie, ses champs de coton et ses vergers, le fleuve Seyhan, la mer Méditerranée. Qui aurait pu prévoir que des massacres ravageraient cette terre ? Que la folie saisirait le parti Union et Progrès ? Aucune union en vérité, aucun progrès. Il y a là des amis, des familles, des bergers, le poète Diran Mélikian, Atom Papazian le joaillier, Vahan le révolutionnaire. Ils assistent à la montée de la haine et de l'intolérance. Certains prient, d'autres prennent les armes et combattent. La mort frappera la plupart, l'exil sera le lot de certains. C'est toute la puissance du roman de Daniel Arsand de réinventer une ville et d'évoquer le destin d'un peuple. De donner un visage à l'Histoire.

Pour en savoir plus cliquez ici .

Paru le 28-08-2011 - Format : Broché - 384 pages - 21 x 13 x 2 cm - 380 g - ISBN 10 : 208125865X - ISBN 13 : 9782081258655

Collection : Littérature Française

Tags : prose, roman, histoire, suspense, terreur, violence, fresque, poetique, exil, cimetière, traumatisme, génocide, jazz, horreur, romance, assassin, littérature française, turc, turquie, rentrée littéraire 2011, chroniques, prose, roman, suspense, peur, terreur, violence, dramatique, exil, cimetière, traumatisme, génocide, jazz, romance, guerre, assassin, littérature française, turc, turquie, rentrée littéraire 2011.

Citations de Un certain mois d’avril à Adana (3)

Krikor paraissait agité.Il expliqua aussitôt la raison de son trouble.Aghavnie, la fille de Blakian, le boucher, avait été enlevée par Yusuf, le plus jeune fils de Suleyman bey, l'intendant d'Ahmet bey, le propriétaire terrien si connu. Blakian s'est juré de couper les couilles du rapteur. Adana est en effervescence. Les Arméniens traitent les Turcs de débauchés et les Turcs répliquent en traitant les Arméniens de semeurs de chaos. Les communautés sont aujourd'hui à couteaux tirés. La colère gronde.Elle se résorbera.L'optimisme est parfois un péché, Atom. Ne sens-tu rien, orfèvre ? Ne sens-tu pas que l'air d'Adana est empoisonné ?Exagération.Lucidité.Nous verrons, nous verrons, Krikor.On dit qu'ils s'aiment. Bon, je dois m'en aller, Atom. Nous reprendrons notre discussion plus tard . A demain.Le jour baisse, dit Atom. Ohran bey n'est pas venu chercher le bracelet qu'il destine à sa femme ?Non, père.Fermons l'atelier, Dzadour. J'ai mal à la tête.

Prier, anéantir, prier de nouveau.

Le sang, vous vous en apercevez, est un bon engrais.


Critiques de Un certain mois d’avril à Adana : avis de lecteurs (8)


  • Critique de Un certain mois d’avril à Adana par CCoco (Babelio)

    Avec une écriture forte et poétique, toute en nuances et en images, Daniel Arsand évoque un épisode du génocide arménien en Turquie en avril 1909. Une lecture qui se fait par petites touches pour supp...

    Lire la critique complète >
    Par CCoco - publiée le 25/05/2018

  • Critique de Un certain mois d’avril à Adana par ninachevalier (Babelio)

    Arsand Daniel- Un certain mois d'avril à Adana- Flammarion (317 pages- 20€) Dès la première page , le décor est planté: Adana au printemps, « ville paisible malgré les deux cultures » qui « ricanai...

    Lire la critique complète >
    Par ninachevalier - publiée le 05/03/2016

  • Critique de Un certain mois d’avril à Adana par (Babelio)

    Les prémices du génocide arménien en avril 1909 à Adana en Turquie. Malgré la rudesse du thème du roman, il s'en dégage un certain lyrisme poétique. Mais le style ampoulé et parfois précieux finit pa...

    Lire la critique complète >
    Par Babelio - publiée le 16/09/2015

  • Critique de Un certain mois d’avril à Adana par Alexmotamots (Babelio)

    Le silence, c'est ce dont on a besoin en refermant ce livre. Après les mots de l'auteur, après la violence des faits, seul le silence permet de revenir au calme. Car entrer dans le récit, c'est ...

    Lire la critique complète >
    Par Alexmotamots - publiée le 20/05/2015

  • Critique de Un certain mois d’avril à Adana par kikibaba (Babelio)

    Avril 1909 à Adana, les communautés turques et arméniennes sont au bord de l'affrontement. Les autorités ne bougent pas est tout incident est propice à faire monter la tension. L'auteur s'attache à su...

    Lire la critique complète >
    Par kikibaba - publiée le 10/11/2014

  • Critique de Un certain mois d’avril à Adana par Latornadeblonde (Babelio)

    Je m'y suis perdue.. Entre la multitude de personnages, la narration de chacun d'entre eux, la lecture de ce livre a été difficile au point que j'ai abandonné à la moitié. Et pourtant, le sujet du gén...

    Lire la critique complète >
    Par Latornadeblonde - publiée le 10/12/2012

  • Critique de Un certain mois d’avril à Adana par PatrickLedot (Babelio)

    « Des anciens marmonnent qu'il n'est pas un agneau qui ne désire être un loup. C'est écrit dans le ciel. » La sentence tombe dès le début du roman de Daniel Arsand, plus encore, elle se fige pour l'ét...

    Lire la critique complète >
    Par PatrickLedot - publiée le 07/10/2011

  • Critique de Un certain mois d’avril à Adana par leprixvirilo (Babelio)

    Avril, 1909 en Cilicie (pour ceux qui dormaient pendant les cours d'histoire de Mme Martin, ça se trouve en Turquie). Vahan Papazian retourne à Adana, la ville qui l'a vu grandir, orphelin recueilli p...

    Lire la critique complète >
    Par leprixvirilo - publiée le 04/10/2011
< Voir moins de critiques
Voir plus de critiques >

Ils parlent de Un certain mois d’avril à Adana

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter