livres actu Livres Actu

Accueil > Cormac Mccarthy > L'obscurité du dehors

Acheter ce livre - 20.3 €



Cormac Mccarthy

0 abonné

L'obscurité du dehors (1993)

De Cormac Mccarthy chez Actes Sud

Roman traduit de l'américain par François HIRSCH et Patricia SCHAEFFER. Série lettres anglo-américaines dirigée par Isabelle REINHAREZ.

Paru le 10-08-1993 - Format : Broché - 236 pages - 22 x 11 x 1 cm - 270 g - ISBN 10 : 2868697410 - ISBN 13 : 9782868697417

Collection : Romans, Nouvelles

Tags : 20ème siècle, littérature anglo-saxonne, littérature américaine, américain, états-unis, inceste, misère, pauvreté, errance, quête, violence, nourriture, innocence, campagne, gothique, roman noir, fiction, roman, littérature, récits.

Citations de L'obscurité du dehors (9)

Devant lui s'étendait un désert spectral d'où ne dépassaient que des arbres dénudés dressés dans des attitudes de souffrance, vaguement hominoïdes comme des figurines dans un paysage de damnés. Un jardin des morts qui fumait vaguement et s'estompait pour se confondre avec la courbure de la terre.

Émaciée comme elle était et battant des paupières et ses guenilles flottant au vent on eût dit une créature reprise à la terre par quelque obscur miracle pour être livrée dans son lambeau de suaire et son hésitante matérialité au supplice du soleil.

Est-ce que tu bois ? dit-il.Ça m'est arrivé, dit Holme.J't'offrirais quéquechose si j'pouvais mais j'ai rien. T'aurais pas un p'tit quéquechose à boire caché dans tes poches par hasard.Si seulement, dit Holme.Ouais, dit le vieillard. Le plus près d'ici pour trouver du whisky c'est chez cette vieille négresse au bord de Smith Creek et c'est pas du bon. En plus de ça y a toujours une bande de sales types là-dedans, à moitié ivres morts.

Holme sentait la peur lui transir l'estomac.

Un homme peut jamais savoir quel jour sera son dernier jour dans cette vallée de larmes.

J'serais riche à l'heure qu'il est si j'avais pas tout gaspillé avec les putes et le whisky.

Quand il rentra dans la cabane elle s'était traînée ou elle était tombée au pied du lit et elle gisait à terre et s'aggripait au cadre de bois. Il crut qu'elle était morte, couchée là qui regardait fixement au-dessus d'elle avec des yeux qui ne contenaient plus rien. Puis son corps fut secoué de convulsions et elle poussa un hurlement. Il luttait avec elle, la soulevant pour la recoucher. La tête était sortie et dépassait dans une palpitante bouillie de sang. Il maintenait son corps, un genou replié sur le lit. De sa propre main il dégagea l'enfant, le petit corps décharné traînant le cordon anneloïde sur les couvertures ensagnlantées, créature couleur de betterave qui rappelait un écureuil écorché. Il enlevait avec ses doigts le mucus qui maculait le visage du nouveau-né.

Ça me fait de la peine que vous ayez eu tant de malheur.Hum, hum. De la peine. Pas besoin d'avoir de la peine. Pas dans cette maison. C'est avec la peine qu'on a bâti l'âtre ici. Rien que du malheur et des gens malheureux et de la peine que le ciel vous envoie et des misères à vous faire regretter de pas être mort.

Les gens durs font les temps durs. J'en ai tant vu de la méchanceté des hommes que j'me demande pourquoi le bon Dieu a pas éteint le soleil et a pas fichu le camp.

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de L'obscurité du dehors : avis de lecteurs (13)


  • Critique de L'obscurité du dehors par sibulle (Babelio)

    De la grande littérature, à lire rien que pour le style mais pas dans une période de spleen...

    Lire la critique complète >
    Par sibulle - publiée le 20/05/2010

  • Critique de L'obscurité du dehors par (Babelio)

    L'obscurité du dehors nous semble moins impénétrable, dans le deuxième roman, gothique par excellence, de Cormac McCarthy (1), que celle dans laquelle les personnages accomplissent leurs actes sans mê...

    Lire la critique complète >
    Par Babelio - publiée le 25/05/2011

  • Critique de L'obscurité du dehors par lilicrapota (Babelio)

    Je ne sais toujours pas si j'ai aimé ce livre ou pas (en tout cas j'ai été pressée de le finir). On va dire qu'il aura au moins réussi à quelque chose : m'interpeller. L'histoire (horrible) : Hol...

    Lire la critique complète >
    Par lilicrapota - publiée le 29/10/2011

  • Critique de L'obscurité du dehors par CLAVIE (Babelio)

    Avec cette histoire, l'auteur nous montre que deux personnes personnes qui ont pu se rapprocher au plus profond de leurs être, se séparent pour suivre des chemins parallèles. Finallement, une leçon de...

    Lire la critique complète >
    Par CLAVIE - publiée le 06/04/2012

  • Critique de L'obscurité du dehors par Azta (Babelio)

    Chef d'oeuvre

    Lire la critique complète >
    Par Azta - publiée le 25/01/2013

  • Critique de L'obscurité du dehors par Godefroid (Babelio)

    L'errance misérable d'un couple incestueux, l'une à la recherche de son bébé à peine né que son frère a donné à un colporteur de passage, l'autre lancé mollement à la poursuite de sa soeur. Dans une Am...

    Lire la critique complète >
    Par Godefroid - publiée le 01/11/2015

  • Critique de L'obscurité du dehors par Frunny (Babelio)

    Cormac McCarthy est un écrivain américain né en 1933 à Providence, Rhode Island (États-Unis). Romancier parcimonieux, il n'a publié en tout et pour tout que 9 ouvrages de fiction depuis 1965. Un un...

    Lire la critique complète >
    Par Frunny - publiée le 23/01/2016

  • Critique de L'obscurité du dehors par le_Bison (Babelio)

    Sers-toi un verre, tu en auras besoin pour ce voyage dans le grand sud de l'Amérique profonde. Un frère, une soeur. De cette relation incestueuse, né un enfant abandonné dans un fourré par ce frère-pèr...

    Lire la critique complète >
    Par le_Bison - publiée le 09/06/2017

  • Critique de L'obscurité du dehors par Rebka (Babelio)

    Cornac, cornac, c'est bien le mec qui conduit un éléphant non ? Désolée, c'était trop tentant, et puis j'ai mangé un clown ce matin (mais avouez tout de même que ce prénom est plutôt marrant, non ?) D...

    Lire la critique complète >
    Par Rebka - publiée le 18/07/2017

  • Critique de L'obscurité du dehors par Maphil (Babelio)

    Roman typiquement sudiste, fondé sur l'inceste et l'errance. Frère et soeur ont un enfant. Le frère abandonne le nourrisson dans la campagne. La soeur part à la recherche de son enfant qui a été recueil...

    Lire la critique complète >
    Par Maphil - publiée le 17/01/2018

  • Critique de L'obscurité du dehors par l-ourse-bibliophile (Babelio)

    C'est un triste tableau dépeint entre ces pages. Un noir tableau. Crasseux, cruel, désespéré. Au fil de leurs deux voyages, Rinthy et Culla vont faire des rencontres. Quelques-unes ne seront pas désag...

    Lire la critique complète >
    Par l-ourse-bibliophile - publiée le 10/09/2018

  • Critique de L'obscurité du dehors par isa-vp (Babelio)

    C'est dans l'excès, la folie et la violence que les personnages de ce roman grandiose évoluent, errant sans fin et sans but, au coeur d'un territoire qui paraît irréel. Et c'est, parmi les ombres, dan...

    Lire la critique complète >
    Par isa-vp - publiée le 04/10/2018

  • Critique de L'obscurité du dehors par Allantvers (Babelio)

    Un climat sombre, poisseux, oppressant; une nature âpre dont il semble que la puissance se retourne contre l'homme; des personnages frustres et miséreux, en souffrance dans des existences dénuées de ...

    Lire la critique complète >
    Par Allantvers - publiée le 15/10/2019
< Voir moins de critiques
Voir plus de critiques >

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter