livres actu Livres Actu

Accueil > Claudio Magris > Classé sans suite

Acheter ce livre - 24.0 €



Claudio Magris

0 abonné

Né à Trieste en 1939, Claudio Magris, essayiste, romancier et auteur de théâtre, a écrit également des nouvelles, des chroniques et des articles critiques dont beaucoup, dans leur version française, ont paru dans La Nouvelle Revue française, Europe... Plus >

Classé sans suite (2017)

De Claudio Magris chez Gallimard
(9 votes, note moyenne : 3.8)

Dans ce roman violent, tendre et passionné, Claudio Magris se confronte à l’obsession de la guerre, quels que soient l’époque et le pays, une guerre universelle, indissociable de la vie même, rouge de sang, noire comme les cales des navires négriers, sombre comme la mer qui engloutit les trésors et les destins, grise comme la fumée des corps brûlés dans le four crématoire nazi de la Rizerie de San Sabba à Trieste, blanche comme la chaux qui recouvre le sépulcre et les noms des bourreaux. Classé sans suite est l’histoire d’un grotesque Musée de la Guerre pour l’avènement de la Paix, de ses salles et de ses armes dont chacune est une archive de passions et de délires ; c’est l’histoire de l’homme qui sacrifie sa vie à son projet maniaque, puis se rachète enfin dans la recherche acharnée d’une atroce vérité cachée ; c’est l’histoire d’une femme, Luisa, héritière de l’exil juif, de l’esclavage des Noirs et des vicissitudes d’une foule d’autres personnages en des temps et dans des pays les plus divers. À travers les éclats d’une narration totale, à la fois précise et visionnaire, Claudio Magris explore l’enfer impitoyable de nos fautes et raconte une épopée implacable traversée par les tragédies et les silences de l’amour et de l’horreur.
«Dans cette époque barbare de l’Histoire, les œuvres et la présence de Claudio Magris sont indispensables.» George Steiner.

Paru le 12-10-2017 - Format : Broché - 480 pages - 22 x 21 x 3 cm - 471 g - ISBN 10 : 207017929X - ISBN 13 : 9782070179299

Collection : L'arpenteur

Tags : saga, roman, roman historique, fresque, délire, exil, juif, enfer, esclavage, musée, holocauste, racisme, inquisition, fascisme, amour, seconde guerre mondiale, camps de concentration, indien, italie, littérature italienne.

Citations de Classé sans suite (10)

Quand on est dans l'inverseur, les temps grammaticaux n'existent plus, ce sont tout au plus des tics verbaux, un remplissage que l'on intercale pour reprendre son souffle quand on ne sait pas que dire. Au commencement était le Verbe, mais ici il n'y a pas de commencement et donc pas non plus de Verbe. Ces informations sur l'enfance, par exemple, nous les mettons – nous les avons mises, nous les mettrons, mettez-les, chère Madame Brooks – ici et là, éparpillées. Entre autres parce qu'elles ne comptent pas beaucoup. Au Musée, ce qui doit compter, ce sont les choses, objets hélicoptères carquois mitrailleuses, elles aussi ignorantes des temps verbaux ; qu'il, c'est-à-dire je, puisse susciter de la sympathie, il, je le comprends, je m'en félicite même, mais ce n'est pas moi qui compte.

Toute frontière est fille de la guerre

Le chat ne fait rien, il « est », comme un roi. Il reste assis, pelotonné, allongé. Il a la persuasion, il n'attend rien et ne dépend de personne, il se suffit. Son temps est parfait, il se dilate et se rétrécit comme une pupille concentrique et centripète, sans se précipiter dans un angoissant écoulement goutte-à-goutte. Sa position horizontale a une dignité métaphysique que l'on a en général désapprise. On se couche pour se reposer, dormir, faire l'amour, toujours pour faire quelque chose et se relever dès qu'on l'a fait ; le chat se couche pour être couché, comme on s'étend devant la mer rien que pour être là, étiré et abandonné. C'est un dieu de l'instant présent, indifférent, inaccessible

Non, il n'était pas génial; tout au plus génialoïde. Bien vilain suffixe, cet oïde qui déforme toute qualité, de tous les péjoratifs, le plus prodigue en coup bas.

Le Musée lui aussi devrait être un amas confus de l'avant et de l'après, comme les choses qu'il montre et raconte. Pourtant, ce serait bien de pouvoir commencer par le commencement, comme la Torah. Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre. Au commencement ou presque, car il semble qu'il y avait déjà Tohu et Bohu, le Chaos et le Vide, ils sont toujours là, ces deux, et ils vous empêchent de commencer vraiment quelque chose et quelque histoire que ce soit. Mais avec lui, par exemple, on pourrait commencer, même à l'encontre de sa volonté, sinon par la naissance – ou, si l'on veut être plus rigoureux, neuf mois auparavant, quand commence véritablement son histoire –, du moins par l'enfance, l'adolescence, dont parlent, même si c'est à la hâte et le souffle court, ses carnets.

« La seule chose qui ne me plaît pas, dans ce poème admirable – apprenez-le par cœur, Madame, les poèmes, les vrais, ça s'apprend par cœur, ceux qu'on n'arrive pas à apprendre par cœur ne sont pas de vrais poèmes –, la seule à laquelle je trouve à redire, c'est cette façon de tutoyer d'abord le papillon et ensuite, à la fin, le lecteur lui-même. Comment peut-il se permettre, pour qui se prend-il ? En ce qui me concerne, je ne suis pas assez familier même avec moi pour me tutoyer. Et à plus forte raison, il ne me viendrait pas à l'esprit de dire “moi”. M'avez-vous jamais entendu prononcer ce mot ? Ce serait indécent. En présence d'une dame, qui plus est… La troisième personne, en revanche, c'est bien.

D'ailleurs, l'invention, le « mensonge » fait peut-être partie des choses qui nous appartiennent le plus, qui n'appartiennent qu'à nous, dans le bien et beaucoup plus souvent dans le mal; la vérité est là, objective, même si elle n'est presque jamais pleinement accessible. Elle se fait toute seule, indépendamment de nos sentiments et de nos pensées.

Il faut toujours les respecter et les protéger les livres. même ceux qu'on n'aime pas. p63

On naît mère, comme on naît poète

Les Maîtres de l'art de la guerre ne disent jamais “moi”, à commencer par le premier et le plus grand d'entre eux, Sun Tzu, qui est peut-être Sun Wu ou d'autres c'est-à-dire personne, un grand Maître indéterminé, voix de beaucoup de Maîtres, qui de fait commence toujours son discours par : “Le Maître Sun a dit…”« Employons donc toujours “lui”, de grâce, y compris quand nous parlons avec nous-mêmes. Dans le fond, cela revient à utiliser la troisième personne de politesse, comme tout le monde le fait en italien… Le “tu” viendra quand nous nous apercevrons que la mort a été abolie, qu'elle s'est fondue dans l'amour. »

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de Classé sans suite : avis de lecteurs (10)


  • Critique de Classé sans suite par Litteraflure (Babelio)

    Je n'ai malheureusement pas accroché. Le sujet était prometteur : une petite-fille de déportée (Luisa) a la responsabilité de monter un musée consacré à la paix, selon les voeux de son emblématique fon...

    Lire la critique complète >
    Par Litteraflure - publiée le 06/05/2020

  • Critique de Classé sans suite par sweetie (Babelio)

    Ce roman m'a causé quelques difficultés de lecture à son début: très verbeux, onirique, rempli de digressions, le tout accompagné de changements de ton et de langage subits, voilà pour le premier tier...

    Lire la critique complète >
    Par sweetie - publiée le 19/01/2020

  • Critique de Classé sans suite par JMLire17 (Babelio)

    Claudio Magris est né à Trieste. Cette ville a connu, lors de la seconde guerre mondiale des affrontements entre les nazis, les fascistes, les communistes, les résistants, et les alliés libérateurs. S...

    Lire la critique complète >
    Par JMLire17 - publiée le 18/12/2019

  • Critique de Classé sans suite par jmb33320 (Babelio)

    La ville de Trieste, cosmopolite et au passé très agité, est le décor principal de ce roman touffu et exigeant, qui réclame du temps et une attention soutenue. Résumer son propos n'est pas facile car ...

    Lire la critique complète >
    Par jmb33320 - publiée le 31/03/2019

  • Critique de Classé sans suite par Fred44 (Babelio)

    Je vous prie d'avance de m'excuser pour ce commentaire sans intérêt... Je viens juste d'avoir le livre. Je n'en ai lu pour le moment que quelques pages, mais je ne peux que l'aimer car c'est moi qui...

    Lire la critique complète >
    Par Fred44 - publiée le 11/06/2018

  • Critique de Classé sans suite par oiseaulire (Babelio)

    Le thème déjanté de ce livre m'a plu : quoi de plus réjouissant que l'idée de fonder un musée de la guerre pour.... l'avènement de la paix ? Collationner tout ce qui a trait aux conflits militaires...

    Lire la critique complète >
    Par oiseaulire - publiée le 10/04/2018

  • Critique de Classé sans suite par Bougnadour (Babelio)

    Nous avons certainement affaire à un grand livre mais il ne s'est pas offert à moi, je n'ai pas pu trouver la porte d'entrée dans ce foisonnement impressionniste. Le propos est donc de mettre la guer...

    Lire la critique complète >
    Par Bougnadour - publiée le 12/03/2018

  • Critique de Classé sans suite par barbaraW (Babelio)

    Un original collecte des armes et les expose pour qu'elles deviennent des reliques. L'auteur est une sorte d'aède traitant de l'épopée humaine.

    Lire la critique complète >
    Par barbaraW - publiée le 30/01/2018

  • Critique de Classé sans suite par (Babelio)

    De la guerre. Dans ce roman magistral, autour du point névralgique que fut Trieste, Claudio Magris construit un mausolée muséal à la violence humaine, à sa propension à en oublier les répétitions. Cla...

    Lire la critique complète >
    Par Babelio - publiée le 12/01/2018

  • Critique de Classé sans suite par cprevost (Babelio)

    Il n'y a jamais trop de notes, de thèmes, de nuances dans un morceau de Debussy ; de la même manière, il n'y a pas trop d'histoires, trop de digressions, trop de retours en arrière dans « Classé sans ...

    Lire la critique complète >
    Par cprevost - publiée le 01/12/2017
< Voir moins de critiques
Voir plus de critiques >

Ils parlent de Classé sans suite

< Voir moins d'actualités
Voir plus d'actualités >

Vidéos sur Classé sans suite

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter