livres actu Livres Actu

Accueil > Bernard Simonay > Les Enfants du volcan

Acheter ce livre - 22.0 €



Bernard Simonay

0 abonné

Bernard Simonay, né le 2 août 1951 à Paris et mort le 21 mai 2016[1], est un écrivain français. Il publie dans plusieurs domaines dont le fantastique, les romans policiers, les romans d'aventures et les romans historiques.

Les Enfants du volcan (2010)

De Bernard Simonay chez Presses De La Cité
(5 votes, note moyenne : 3.6)

La chaîne des volcans d’Auvergne, il y a huit mille ans… Noï-Rah, dont le nom signifie « Celle qui apporte la lumière », a dix ans et vit dans un village de pasteurs agriculteurs. A sa naissance, une prophétie a prédit qu’elle apporterait de profonds bouleversements dans l’existence des siens. Enlevée par les Korghs, les habitants du « pays inquiétant où les montagnes crachent le feu », elle va vivre de multiples aventures, affronter des ennemis impitoyables acharnés à sa perte, mais aussi rencontrer l’amour et la passion. Son intelligence lui permettra de faire d’extraordinaires découvertes, comme l’écriture. Son courage la poussera à prendre la défense des plus faibles face à la brutalité du terrible Rogh, le chef de la tribu des chasseurs. Mais, surtout, un lien étrange la reliera à un volcan, l’impressionnant Pa’hav, dont tous redoutent les colères. Cette relation singulière fera d’elle une femme hors du commun, appelée à devenir la mère d’une nation… Bernard Simonay met tout son talent de conteur au service d’une fascinante odyssée qui se déroule au pied de la chaîne des volcans d’Auvergne. Une plongée grandiose au cœur du néolithique.

Paru le 21-01-2010 - Format : Broché - 444 pages - 24 x 15 x 3 cm - 552 g - ISBN 10 : 2258063892 - ISBN 13 : 9782258063891

Collection : Collection Sud Lointain

Tags : saga, récits, aventure, roman, roman historique, historique, tribu, passion, croyances, prophétie, volcans, enlèvement, courage, jeune fille, préhistoire, amour, romance, montagnes, littérature française, Auvergne (France).

Citations de Les Enfants du volcan (9)

« Une angoisse sourde s'était emparée de Noï-Rah. Elle adressa une vibrante prière à Gaenha pour que le sorcier ne reconnût pas en elle la fille de la prophétie. »

_ Les animaux sont nos frères, ma petite renarde. Ils nous fournissent de la viande et des fourrures pour lutter contre le froid. C'est pourquoi nous devons les respecter et mieux les connaître. Nous avons beaucoup à apprendre de leur observation. Il est très rare de voir des blaireaux hors de leur terrier, car ils ne sortent que la nuit. Les chasseurs leur tendent des pièges ou essayent de les enfumer. Mais c'est une technique qui ne marche pas bien. Je suppose que les blaireaux creusent des terriers très profonds, qui communiquent entre eux. Celui-ci existe depuis aussi longtemps que je viens par ici. Il doit être très ancien et il a sans doute abrité des générations de blaireaux. Mais j'y ai vu aussi des lapins. C'est la preuve qu'ils savent cohabiter. Nous devrions prendre leçon sur eux. Les différentes nations auraient avantage à partager leurs connaissances et à s'entraider lors des saisons froides difficiles.

En cet instant, elle ressentit une impression extraordinaire. Elle faisait partie de ce volcan, comme si elle faisait partie de la terre, du monde dans lequel elle vivait. Tout était lié, et il suffisait d'ouvrir totalement son esprit pour ressentir cette sensation fabuleuse. Elle était faite de la même poussière que le Pa'hav, la roche, la rivière, l'arbre, la fleur ou l'animal. Mais elle était aussi esprit, un esprit relié à... autre chose dont elle ne pouvait que percevoir l'existence. Le Grand Esprit de la Terre.

Le soir venu, elles revinrent triomphalement avec les deux lièvres, dont l'un avait été abattu par une Sedh pas peu fière de son exploit. Puis Noï-rah sortit le petit renardeau de sa bandoulière._ Qu'est-ce que tu comptes faire avec ça? demanda Mara._ Je vais la garder. C'est une femelle. Duke l'a déjà adoptée._ Tu es folle, Noï-rah. Elle est beaucoup trop jeune. Comment vas-tu la nourrir? Il lui faut le lait de sa mère._ Eh bien, elle aura le mien. J'en ai beaucoup trop. Mes seins me font mal, parfois.Mara éclata de rire._ Nourrir un renard avec du lait de femme... J'aurai tout vu!_ Ne suis-je pas une renarde, moi aussi? répliqua Noï-rah avec malice.Mara haussa les épaules._ Eh bien, cela nous fera deux renardes au lieu d'une.

_ Noï-rah n'a plus de mari. Aussi, j'ai décidé de la prendre pour épouse.La jeune femme le contempla avec stupéfaction. Ce n'était pas possible! Même dans ses pires cauchemars, elle n'avait pas pensé à cela. Elle venait à peine de perdre Ar'ham, et elle était loin d'envisager de s'unir à un autre homme. _ Mais je ne veux pas! s'exclama-t-elle.Aussitôt, il marcha sur elle et posa sa poigne sur son épaule._ Silence! Ne va pas t'imaginer que tu as le choix! Dans cette tribu, les femmes doivent obéissance aux hommes, et tu obéiras!_ Je refuse! s'insurgea-t-elle.La réponse fusa aussitôt, sous la forme d'une gifle qui l'expédia au sol, la lèvre ensanglantée. _ Peut-être que ce crétin d'Ar'ham faisait tes quatre volontés. Mais tu vas apprendre avec moi ce qu'est un homme digne de ce nom!

L'un d'eux, une sorte de colosse à tête de brute, était le frère de Vo'rhen, le garçon tué quatre années auparavant. Il avait pour nom Ta'rekh, et se montrait particulièrement pressant. Noï-rah le détestait cordialement et le lui avait fait comprendre en termes virulents. Il avait ricané: "Tu ne pourras pas toujours m'échapper. La nuit de la Morialta, tu feras partie des vierges, au centre du cercle de feu. Alors, je te choisirai et tu devras faire tout ce que je te dirai."Il avait ensuite pointé un doigt menaçant sur elle."Et n'espère pas que je serai bouffé par le loup, comme mon imbécile de frère. Je tuerai le mien et tu goûteras son sang sur ma peau!_ Jamais!" avait riposté Noï-rah.Pour toute réponse, l'autre avait éclaté de rire.

Pour tout le village, la chevelure flamboyante de Noï-Rah est la marque du dieu volcan. L'enfant, c'est certain, accomplira de grandes choses... Mais la prophétie n'est pas du goût de ses ennemis qui sont nombreux... Enlevée, torturée puis bannie, la fillette devenue une somptueuse jeune femme démontrera que c'est surtout un tempérament de feu qu'elle possède...

Une détermination glaciale tenait Noï-rah. Mara avait récupéré Brahn dès leur retour. Elle n'avait donc pas de souci à se faire pour lui, au moins pour l'instant. Cependant, l'avenir lui apparaissait très sombre. Elle avait ressenti le besoin impérieux qui habitait Rogh, et auquel elle devait la vie. Mais elle ne se faisait pas d'illusions. S'il avait envie de profiter de son corps, il ne lui pardonnerait pas d'avoir partagé les nuits de Shonn. Il l'avait tué, mais cela ne suffirait pas à apaiser sa fureur. Lorsqu'il se serait lassé d'elle, il la tuerait. Pire encore, il tuerait aussi Brahn, car il était le fils d'Ar'ham. Rogh ne connaissait ni la pitié ni les remords. Il ne se complaisait que dans la violence et la souffrance qu'il infligeait. C'était sa manière d'affirmer sa domination. La mort importait peu à Noï-rah, mais elle devait vivre pour Brahn, et aussi pour l'enfant de Shonn. Pour eux, elle avait le courage de tout affronter. Elle n'avait pas le choix. Il lui fallait éliminer Rogh avant qu'il s'aperçoive qu'elle attendait un bébé. S'il l'apprenait, il la ferait mettre à mort dans des souffrances épouvantables.

_ Je devrais les prévenir, riposta-t-elle avec vigueur. Ce camp va être détruit avant la fin de la lune renarde._ La lune renarde?_ Chez les Fils de Gaenha, c'est ainsi que l'on nomme la lune à cette période, parce qu'elle roussit les jeunes plants dans les champs. Elle n'apparaît que lorsque le ciel est dégagée. Il fait très froid malgré le retour de la saison des feuilles vertes. C'est une catastrophe. Heureusement, la lune renarde ne frappe pas tous les ans.Elle serra les poings et ajouta:_ Ici, ça n'aura aucune importance, puisque vous ne semez rien. Mais la terre a encore tremblé cette nuit. Et aussi, tout à l'heure.La véhémence de la petite désarçonna Ar'ham. Il avait eu peur pour elle, mais il se rendait compte qu'elle avait aussi fait preuve d'un courage exceptionnel, et il en ressentit une grande admiration. Sa colère retomba._ Ce n'est pas la première fois, objecta-t-il d'une voix radoucie. Les tremblements de terre sont courants, par ici.Cependant, son ton n'était guère convaincu. Elle le fixa dans les yeux._ Ils n'ont jamais été aussi fréquents, n'est-ce pas?_ C'est vrai..._ Il se passe quelque chose de terrible là-dessous, dans les entrailles de la terre.

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de Les Enfants du volcan : avis de lecteurs (6)


  • Critique de Les Enfants du volcan par meknes56 (Babelio)

    J'avais vraiment adoré ce livre à sa sortie..Un roman se passant à la préhistoire était assez rare et l'auteur m'a vraiment enchanté par ce récit...Remarquable qu'à cette époque, la femme doit encore ...

    Lire la critique complète >
    Par meknes56 - publiée le 26/10/2019

  • Critique de Les Enfants du volcan par murielB34 (Babelio)

    un roman sympathique, qui passe le temps, se lit vite sans déplaisir, mais pâtit tout de même beaucoup de la comparaison avec la saga Ayla de JM Auel

    Lire la critique complète >
    Par murielB34 - publiée le 09/01/2017

  • Critique de Les Enfants du volcan par BurggraeveDidier (Babelio)

    Un brin nostalgique des excellents romans de Jean Auel, j'ai choisi ce livre en parcourant les rayons de la bibliothèque. Heureuse pioche, j'ai vraiment bien aimé cette épopée en Auvergne il y a 2500 ...

    Lire la critique complète >
    Par BurggraeveDidier - publiée le 16/12/2016

  • Critique de Les Enfants du volcan par olivierjean (Babelio)

    roman trop fragile historiquement; pale copie de la saga americaine de Jean AUEL.

    Lire la critique complète >
    Par olivierjean - publiée le 23/08/2016

  • Critique de Les Enfants du volcan par (Babelio)

    C'est plutôt un roman d'aventures dans un contexte préhistorique. Mais Simonay s'appuie sur le contexte du début de la sédentarisation des hommes, il y a environ 7500. Noï-Rah est un magnifique person...

    Lire la critique complète >
    Par Babelio - publiée le 30/06/2015

  • Critique de Les Enfants du volcan par TilleulCitron (Babelio)

    j'ai choisi ce livre sur ce thème "préhistoire" au sens large, parce qu'il se déroulait en Auvergne..du temps des volcans actifs... l'histoire est très riche, pleine d'aventures, de peurs... mais ce.....

    Lire la critique complète >
    Par TilleulCitron - publiée le 25/05/2015

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter