livres actu Livres Actu

Accueil > Auguste Comte > Discours Sur L'Ensemble Du Positivisme

Acheter ce livre - 12.0 €


27180ème dans les ventes


Auguste Comte

0 abonné

Auguste Comte, né Isidore Marie Auguste François Xavier Comte le 19 janvier 1798 (30 nivôse an VI) à Montpellier (Hérault) et mort le 5 septembre 1857 à Paris, est un philosophe français, fondateur du positivisme. Polytechnicien (X1814)[1], son in... Plus >

Discours Sur L'Ensemble Du Positivisme (1999)

De Auguste Comte chez Flammarion
(1 vote, note moyenne : 2.0)

Publié pour la première fois en 1848, le Discours sur l'ensemble du positivisme est un véritable manifeste. Dénonçant la «sécheresse et l'idiotisme» des savants, Comte veut les convertir en «prêtres» d'un nouveau «sacerdoce» ; il les soumet à l'influence affective du «sexe aimant», fait appel au peuple, bouleverse l'esthétique, lance un «Culte de l'Humanité» et, au nom de la République, concocte un programme politique d'ordre moral censé garantir le progrès. Comte, jusqu'alors, s'était donné pour règle une certaine prudence et se défendait de connaître les fins dernières. Le Discours sur l'ensemble du positivisme, lui, transforme l'esprit positif en «positivisme» qui, par-delà la systématisation des sciences, de la philosophie, de tout ce qui relève de la pensée et de l'intellect, cherche désormais la systématisation des sentiments et des actions et veut organiser scientifiquement la politique, la morale et la religion.

Paru le 04-01-1999 - Format : Poche - 470 pages - 17 x 10 x 2 cm - 332 g - ISBN 10 : 2080709917 - ISBN 13 : 9782080709912

Collection : Garnier Flammarion

Tags : 19ème siècle, sociologie, philosophie, féminisme, politique, religion, philosophie française, révolution française, positivisme, romain, esthétique.

Citations de Discours Sur L'Ensemble Du Positivisme (8)

La vraie philosophie se propose de systématiser,autant que possible, toute l'existence, individuellement et surtout collective, contemplée dans les trois ordres de phénomènes, qui la caractérisent, pensées, sentiments, et actes.

Sanctionnant l'expérience universelle, encore mieux que ne peut le faire le catholicisme, le positivisme explique pourquoi le bonheur privé et le bien public dépendent beaucoup plus du coeur que de l'esprit.

Le positivisme érige donc désormais en dogme fondamental, à la fois philosophique et politique, la prépondérance continue du coeur sur l'esprit.

[La loi des trois états] Elle proclame, comme on sait le passage nécessaire de toutes nos spéculaions quelconques par trois états successifs : d'abord, l'état théologique, où dominent franchement des fictions spontanées, qui ne comportent aucune preuve ; ensuite, l'état métaphysique, qui caractérise surtout la prépondérance habituelle des abstractions personnifiées ou entités ; et enfin, l'état positif, toujours fondé sur une exacte appréciation de la réalité extérieure.

Toutes nos langues occidentales s'accordent, en effet, à indiquer par le mot positif et ses dérivés, les deux attributs de réalité et d'utilité, dont la combinaison suffirait seule pour définir désormais le véritable esprit philosophique, qui ne peut être, au fond, que le bon sens généralisé et systématisé.

Nous sommes donc appelés désormais à rependre directement, sur de meilleurs bases mentales et sociales, la grande entreprise tentée au Moyen-Âge pour fonder, dans toute l'Occident, un régime pacifique et rationnel, en systématisant la prépondérance continue de l'amour universel, dominant à la fois la spéculation et l'action. La marche générale sera la même que celle de la démolition préalable.

L'esprit n'est pas destiné à régner, mais à servir : quand il croit dominer, il rentre au service de la personnalité, au lieu de seconder la sociabilité, sans qu'il puisse nullement se dispenser d'assister une passion quelconque. En effet, le commandement réel exige, par-dessus tout, de la force, et la raison n'a jamais que de la lumière ; il faut que l'impulsion lui vienne d'ailleurs.

Par une honorable transmission de la science grecque, la civilisation arabe figurera toujours parmi les éléments essentiels de notre grande préparation au moyen âge.

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de Discours Sur L'Ensemble Du Positivisme : avis de lecteurs (1)


  • Critique de Discours Sur L'Ensemble Du Positivisme par Enroute (Babelio)

    Comme il parle vite Auguste Comte ! Mais je crois que j'ai lu plus vite encore si bien que ma lecture a ressemblé, je crois, à un survol (en concorde). Après l'état théologique (Moyen-âge), a succédé,...

    Lire la critique complète >
    Par Enroute - publiée le 21/03/2018

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter