livres actu Livres Actu

Accueil > Aristophane > Ploutos

Acheter ce livre - 9.0 €



Aristophane

0 abonné

Aristophane (en grec ancien Ἀριστοφάνης / Aristophánês) est un poète comique grec du Ve siècle av. J.-C., né dans le dème de Cydathénéon vers 445 av. J.-C. et mort entre 385 et 375 av. J.-C.[Note 2]. Son œuvre à elle seule représente ce qui nous rest... Plus >

Ploutos (2008)

De Aristophane chez Belles Lettres
(1 vote, note moyenne : 5.0)

Après la bataille d'Aigos Potamos, en 405 avant J.-C., la situation d'Athènes est désastreuse: l'armée défaite, les Longs Murs rasés, le trésor épuisé, le bref mais meurtrier gouvernement des Trente, tous ces malheurs, en quelques années, ont fondu sur Athènes; et la brillante cité qu'avait connue le poète au début de sa carrière est désormais exsangue. Le ton de son oeuvre s'en ressent: les circonstances sont si lamentables que le poète n'a plus guère le cœur d'en rire. La satire politique, qui n'est cependant pas absente de cette pièce, s'adoucit pour laisser la place à une comédie plus axée sur les mœurs et la société, mais tout aussi désopilante. Dans Ploutos, la Richesse en personne, guérie de la cécité à laquelle Zeus l'a condamnée, instaure lui aussi un ordre nouveau, où sont récompensés les justes, au grand dam des sycophantes et de quelques vieilles n'ayant plus de quoi entretenir les complaisances de leurs mignons. Pour Aristophane, la richesse est un dieu aveugle, mais en passe de devenir maître du monde.

Paru le 09-06-2008 - Format : Broché - 162 pages - 17 x 11 x 1 cm - 140 g - ISBN 10 : 2251799958 - ISBN 13 : 9782251799957

Collection : Classiques En Poche

Tags : littérature grecque, grèce antique, antiquité, dieux, argent, pouvoir, mondialisation, histoire, classique, théâtre, comédie, aphorismes, satire.

Citations de Ploutos (6)

BlépsidèmeQu'est-ce donc que ceci ? D'où et comment Chrémyle aurait-il pu devenir riche tout d'un coup ? (...) Mais je suis étonné que, dans son bonheur, il se souvienne de ses amis et les envoient chercher. En vérité,il ne suit pas en cela les maximes de son pays.

ChrémyleD'où vient donc que les gens te fuient ?La PauvretéParce que je les rends meilleurs ; on peut s'en convaincre par l'exemple des enfants : ils évitent leurs pères qui leur veulent du bien.

ChrémyleEs-tu donc marchand ?SycophanteJe fais semblant de l'être quand mes affaires le demandent.(* pour échapper à l'impôt).

CarionQuoi ? Tu voudrais quitter les dieux et demeurer ici !MercureLa patrie est partout où l'on se trouve bien.

CARIONà part.Par Jupiter et par tous les dieux, c'est un fâcheux métier que de servir un fou ! Si on lui donne de bons conseils, et qu'il n'ait pas dans la tête de les suivre, il faut que l'esclave en souffre. Car, quoique je sois né maître de ce corps, le sort en laisse la disposition, non pas à moi, mais à celui qui m'achète. Eh bien, soit. Mais, que j'ai sujet de me plaindre d'Apollon, avec son beau trépied d'or ! Mon maître ayant été consulter ce dieu, qui est, à ce qu'on dit, fort bon devin et grand médecin, en est revenu beaucoup plus fou qu'il n'était. De sorte que le voilà qui se laisse conduire par un aveugle et fait justement tout le contraire de ce qu'il devrait faire, car il me semble que c'est à nous, qui voyons clair, de conduire les aveugles, et mon maître le suit et me force d'en faire autant, sans me répondre le moindre mot. Mais enfin, mon maître, il n'y a plus moyen que je me taise, si tu ne me dis pourquoi il faut que nous suivions cet homme, et je m'en vais te tourmenter, car je crois que tu ne voudrais pas me battre, au moins pendant que j'aurai cette couronne sur la tête

PloutosOui c'est moi et bien moi ! ChrémyleMais d'où sors-tu pour être aussi calamiteux ?PloutosMais de chez Patroclès, il se baigne si peu !ChrémyleEt ton aveuglement, dis, quelle en est la cause ?PloutosC'est à Zeus que je dois cette terrible chose.Lorsque j'étais enfant, je l'avais menacéDe n'aller au-devant que des gens policés.Alors il m'aveugla afin que mes bienfaitsNe se distribuent pas auprès des indigents,Tant il est vrai que Zeus vomit les pauvres gens


Critiques de Ploutos : avis de lecteurs (1)


  • Critique de Ploutos par BVIALLET (Babelio)

    Ploutos, le dieu de la richesse et de la prospérité, a été envoyé sur terre pour distribuer aux hommes ses bienfaits de façon totalement aléatoire car Zeus l'a rendu aveugle. Résultat : les voyous et...

    Lire la critique complète >
    Par BVIALLET - publiée le 15/05/2012

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter