livres actu Livres Actu

Accueil > André Comte Sponville > Le Sexe ni la mort

Acheter ce livre - 21.8 €


18263ème dans les ventes


André Comte Sponville

0 abonné

Le Sexe ni la mort (2011)

De André Comte Sponville chez Albin Michel
(8 votes, note moyenne : 4.0)

« Le soleil ni la mort ne se peuvent regarder fixement », écrit La Rochefoucauld. Cela fait au moins une différence avec le sexe : le regarder fixement, voilà ce que peu d'hommes et de femmes, de nos jours, s'interdisent ou redoutent. Pourquoi, s'agissant de sexualité, est-ce pourtant cette formule qui m'est venue, jusqu'à me fournir, ou peu s'en faut, mon titre ? Peut-être parce que l'essentiel, ici aussi, échappe au regard, ou l'aveugle, tout en continuant de le fasciner. Le sexe est un soleil ; l'amour, qui en vient, s'y réchauffe ou s'y consume. 
Les mortels, disaient les Anciens pour distinguer les hommes des animaux et des dieux. Nous pourrions, tout autant, nous nommer les amants : non parce que nous serions les seuls à avoir des rapports sexuels, ni à aimer, mais parce que le sexe et l'amour, pour nous, sont des problèmes, qu'il faut affronter ou surmonter, sans les confondre ni les réduire l'un à l'autre. Cela définit au moins une partie de notre humanité : l'homme est un animal érotique. » André. Comte-Sponville.

Paru le 19-10-2011 - Format : Broché - 416 pages - 23 x 15 x 0 cm - 485 g - ISBN 10 : 2226238611 - ISBN 13 : 9782226238610

Collection : A.M. Hors Coll

Tags : essai, beau livre, racisme, diable, ennui, discours, spirituel, sexe, amitié, sexualité, mort, humain, théorie, philosophe, religion, histoire d'amour, amour, animaux, philosophie, grec.

Citations de Le Sexe ni la mort (10)

C'est peut-être, sur l'amour, la phrase la plus bouleversante que je connaisse.Dans Minima Moralia, Adorno écrit ceci:"Tu seras aimé lorsque tu pourras montrer ta faiblesse sans que l'autre s'en serve pour affirmer sa force."

PS: c'est ma dernière citation alors je me lâche!Quel plaisir d'être troublé par l'autre, de constater qu'on le trouble, quelle émotion de percevoir la sienne, quel spectacle exquis que de le regarder nous regarder! Quel plaisir d'être deux, de se toucher, de se caresser, de se prendre mutuellement, d'habiter cette intimité, cette dualité, cette relation à nulle autre pareille...

Et Platon d'enfoncer le clou:"Ce qu'on n'a pas, ce qu'on n'est pas, ce dont on manque, voilà les objets du désir et de l'amour."

« C'est d'autant plus exigeant, en l'occurrence , qu'aimer tous les beaux corps, c'est aimer les corps dont, le plus souvent, on n'aura jamais la jouissance : c'est aimer la beauté plus que la possession, la contemplation plus que le coit, disons la jouissance esthétique plus que la jouissance sexuelle. C'est en quoi cela constitue un progrès : on est passé d'un amour purement sensuel, presque physiologique (l'homme ou la femme en manque), à un amour déjà esthétique (la soif de la beauté). Dans un cas, c'est le beauf qui se dit : « Elle est bonne! » ; dans l'autre, c'est l'homme raffiné et admiratif qui se dit : « qu'est ce que les femmes sont belles ! ». N'importe qui est capable d'aimer un beau corps ; les hommes qui aiment vraiment la beauté des femmes sont moins nombreux , y compris chez les hétérosexuels, qu'on ne fait mine de le croire. » (page 73)Et pourtant je fais partie de ces hommes là...

René Char a donné de la poésie, l'une des plus évocatrices définitions (ou plutôt caractérisations) que je connaisse: elle est "l'amour réalisé du désir demeuré désir". On pourrait le dire de tout art, me semble-t-il, et c'est en quoi l'érotisme en est un ou peut l'être.C'est la poésie des corps, en tant qu'ils sont sexués.

Aimer celui ou celle qui manque c'est facile. Aimer celui ou celle qui est là, dont on partage la vie, celui ou celle qui ne manque plus, c'est beaucoup plus difficile!

Quelqu'un qui serait incapable d'aimer, il lui manquerait une qualité essentielle: il lui manquerait évidemment une vertu, et non la moindre.

On a pu écrire que les hommes sont prêts à tout pour faire l'amour, y compris à aimer. Et que les femmes sont prêtes à tout pour aimer et être aimées, y compris à faire l'amour.Formule outrancière, cela va de soi, mais qui n'est peut-être pas sans une part de vérité.

L'érotisme est un humanisme.

Schopenhauer résume l'essentiel en une phrase, qui est à mes yeux la plus triste de toute l'histoire de la philosophie.La voici: "Toute notre vie oscille, comme un pendule, de droite à gauche, de la souffrance à l'ennui."Souffrance quand je désire ce que je n'ai pas, parce que je souffre de ce manque; ennui parce que j'ai ce que dès lors je ne désire plus.Souffrance de l'agrégatif, ennui de l'agrégé. Soufrance du chômeur, ennui du salarié. Souffrance du chagrin d'amour, ennui du couple.

< Voir moins de citations
Voir plus de citations >

Critiques de Le Sexe ni la mort : avis de lecteurs (5)


  • Critique de Le Sexe ni la mort par Olloix (Babelio)

    Ce livre est plus ardu à lire que les 3 autres de Comte-Sponville que j'ai déjà lus ("C'est chose tendre que la vie", "Le goût de vivre" et "L'amour la solitude"). Les 2 premières ...

    Lire la critique complète >
    Par Olloix - publiée le 21/11/2016

  • Critique de Le Sexe ni la mort par soleil (Babelio)

    André Comte-Sponville rédige ici des essais sur l'amour, l'amitié, la sexualité. L'amour est vu sous différents angles : Eros, Philia et Agapé. L'auteur étaye son récit à partir des points de vu...

    Lire la critique complète >
    Par soleil - publiée le 04/04/2015

  • Critique de Le Sexe ni la mort par libermoi (Babelio)

    Un philosophe admirable, par sa culture, par ses recherches, ses sources, ses références… Le sexe ni la mort, évoque avec finesse et savoir, le sexe, l'amour, l'amitié, le couple, la passion et la ve...

    Lire la critique complète >
    Par libermoi - publiée le 26/02/2015

  • Critique de Le Sexe ni la mort par Ellane92 (Babelio)

    "Le sexe ni la mort" est un ouvrage composé de 3 parties et 2 appendices. La première partie, celle que j'ai trouvé la mieux réussie, s'intéresse aux différentes formes que prend l'amour : l'éros ou ....

    Lire la critique complète >
    Par Ellane92 - publiée le 17/11/2013

  • Critique de Le Sexe ni la mort par (Babelio)

    L'amour est un des sujets les plus passionnants qui soient: il n'y a qu'à se plonger dans la littérature... Mais comme il est bon de lire aussi ce que nous disent les philosophes! Ma critique ne por...

    Lire la critique complète >
    Par Babelio - publiée le 17/03/2013

Ils parlent de Le Sexe ni la mort

< Voir moins d'actualités
Voir plus d'actualités >

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter