livres actu Livres Actu

Accueil > Alain Grousset > Bêtes de guerre

Acheter ce livre - 6.1 €


61159ème dans les ventes


Alain Grousset

0 abonné

Alain Grousset naît en 1956, dans la Creuse. Très tôt, il développe une passion dévorante pour la science-fiction. Collectionneur acharné de livres, mais aussi de jouets, il devient un connaisseur du genre, signe de très nombreux articles et critique... Plus >

Bêtes de guerre (2014)

De Alain Grousset chez Flammarion
(6 votes, note moyenne : 4.2)

Sept histoires d'animaux réquisitionnés lors de conflits, servant d'animaux de compagnie à des combattants ou d'armes.

Paru le 21-05-2014 - Format : Relié - 224 pages - 18 x 13 x 1 cm - 122 g - ISBN 10 : 2081288222 - ISBN 13 : 9782081288225

Collection : Flammarion Jeunesse

Tags : récits, roman, documentaire, nouvelles, récit historique, littérature jeunesse, recueil, angoisse, chevaux, insectes, espion, triste, romanesque, Relations homme-animal, animaux dans la guerre, droits des animaux, guerres napoléoniennes, guerre, chiens, animaux.

Citations de Bêtes de guerre (6)

L'intérêt de l'éléphant réside essentiellement dans sa grande taille. Il permet à des archers, nichés dans des nacelles, de décocher leurs flèches sur les ennemis situés en contrebas. L'éléphant est un adversaire combatif. On lui attache un sabre à la trompe, on fixe des embouts effilés à ses défenses. Certains lui apprennent à se saisir d'un soldat ennemi et à le passer au-dessus de sa tête, le présentant ainsi impuissant au glaive de son cornac. Pendant quelque temps, l'éléphant joua dans l'histoire des guerres le rôle de nos tanks actuels, se frayant un passage en force dans les rangs ennemis, suivi par des fantassins.(p. 14-15)

Les insectes à la guerre peuvent soigner.Les Incas se servaient de grosses fourmis pour agrafer les plaies. Ces insectes étaient disposés de telle façon que leurs mandibules mordent les deux côtés de la plaie. Puis on coupait la tête, les pinces maintenaient la blessure fermée. La cicatrisation s'opérait ainsi, et grâce à l'acide formique l'infection ne se développait pas. (p. 155)

Dans la symbolique guerrière, les animaux ont toujours une très grande importance. Se déguiser en loup, porter un collier de dents ou de griffes d'ours, c'est chercher à s'accaparer la puissance, la ruse, le courage de la bête. De là découle la présence de nombreux animaux sur les blasons et oriflammes des maisons seigneuriales. Chacun veut détourner à son profit les qualités reconnues de la bête choisie. (p. 10)

Ainsi l'Armée russe, pendant la Seconde Guerre mondiale, n'a pas hésité à se servir de chiens kamikazes. Le principe en était fort simple. Il suffisait de donner à manger aux chiens uniquement entre les chenilles d'un char. Le jour J, après avoir fait jeûner les chiens pendant un ou deux jours, on les équipait d'une mine magnétique sur le dos et on les lâchait sur le champ de bataille. Les chiens ayant grand faim se précipitaient sous les chars ennemis à la recherche de nourriture, faisant ainsi exploser leurs mines. (p. 73)

En 1857, une révolte éclata en Inde. Les musulmans et les hindous apprirent que les fusils fournis par l'Empire britannique étaient lubrifiés par de la graisse de porc et de vache. Les soldats indiens qui refusèrent alors de s'en servir furent lourdement châtiés. (p. 51)

Quand il part faire la guerre, l'homme réquisitionne les animaux pour le transport et la nourriture des soldats.


Critiques de Bêtes de guerre : avis de lecteurs (6)


  • Critique de Bêtes de guerre par talotte (Babelio)

    La place des animaux pendant les conflits commence à être reconnue et médiatisée. Ce livre destiné aux plus jeunes alterne habilement une partie documentaire sur l'animal et une partie fictionnelle qu...

    Lire la critique complète >
    Par talotte - publiée le 15/11/2019

  • Critique de Bêtes de guerre par Virgule-Magazine (Babelio)

    « Quand il part faire la guerre, l'homme réquisitionne les animaux pour le transport et la nourriture des soldats », ou pour semer la panique dans les rangs ennemis, ou encore pour la transmission d'i...

    Lire la critique complète >
    Par Virgule-Magazine - publiée le 11/06/2015

  • Critique de Bêtes de guerre par espritlivres (Babelio)

    Quand il part faire la guerre, l'homme réquisitionne des animaux pour le transport ou comme force armée. A travers 7 savoureuses nouvelles, Alain Grousset remonte le temps, depuis l'Antiquité et nous ...

    Lire la critique complète >
    Par espritlivres - publiée le 03/01/2015

  • Critique de Bêtes de guerre par orbe (Babelio)

    Quel rôle ont joué les bêtes pendant la guerre ? soldat? sacrifié? espion? Une introduction situe la problématique autour de la question des relations homme-animal et évoque la forte symbolique qui e...

    Lire la critique complète >
    Par orbe - publiée le 07/06/2014

  • Critique de Bêtes de guerre par Apikrus (Babelio)

    Chez l'être humain, tous les prétextes sont bons pour faire la guerre. Tous les moyens aussi, notamment l'utilisation d'animaux. Bien sûr, l'usage du cheval vient immédiatement à l'esprit. Il se pou...

    Lire la critique complète >
    Par Apikrus - publiée le 23/05/2014

  • Critique de Bêtes de guerre par Ziliz (Babelio)

    L'être humain n'est jamais à court d'idées pour accroître sa puissance meurtrière. Témoins ces chevaux, chiens, colombes réquisitionnés lors de guerres pour porter des charges, transmettre des message...

    Lire la critique complète >
    Par Ziliz - publiée le 18/05/2014

Du même auteur

Commentaires

Connexion




S'inscrire

Inscription à Livres Actu




Se connecter